mon-


mon-

mon(o)- Élément, du gr. monos « seul, unique ».

mon(o)-
élément, du gr. monos, "seul".

⇒MON(O)-, (MON-, MONO-)élém. formant
I. — Élém. tiré du gr. -, de «seul, unique», entrant dans la constr. de nombreux mots sc. ou techn., subst. ou adj., un certain nombre d'entre eux assurant cette double fonction. Associé à un 2e élém. de type nom. (assorti ou non de la marque de l'adj. pour ces derniers: monoconsonantique p. oppos. à monoplace), mon(o)- indique le caractère unique de l'entité désignée par ce dernier (monomicrobien, monomorphe, monomoteur); associé à un 2e élém. de type verbal, mon(o)- indique le caractère unique du sujet ou de l'objet du procès exprimé par ce dernier (monocratie, monographie, monologue, monopsone).
Rem. Mon(o)- fonctionne comme une véritable base dans un dér. sav. comme monème ou dans l'empr. monisme (d'apr. COTTEZ 1980).
A.ANTHROPOL. [Le 2e élém. est issu du gr.] V. monogénisme (dér. s.v. monogène) et l'empr. au gr.: monophylétique.
B.ARCHITECTURE
1. [Le 2e élém. est issu du gr.] V. monostyle, les empr. au lat. du gr.: monolithe, monoptère et aussi:
monopyle (-pyle, du gr. «porte»), adj. Qui n'a qu'une porte. Édifice monopyle (Lar. encyclop.).
2. [Le 2e élém. est un subst.]:
monotriglyphe, subst. masc. Entre-colonnement qui a la largeur d'un seul triglyphe. Emploi adj. Portique monotriglyphe. Portique dont les colonnes sont tellement serrées qu'elles laissent seulement, entre deux d'entre elles, l'espace nécessaire pour un triglyphe (d'apr. HAVARD t.4 1890).
C.BEAUX-ARTS. [Le 2e élém. est issu du gr.] V. monotype (II).
Rem. À noter aussi les empr. a) Au gr.: monochrome. b) Au lat. du gr. ) Monochromatique. ) Monopode, adj. Qui n'a qu'un pied. Lion monopode. Motif décoratif caractéristique du mobilier Empire (d'apr. Lar. Lang. fr.). Voir VIAUX, Meuble Fr., 1962, p.135.
D.BIOL., MÉD.
1. [Le 2e élém. est issu du gr.]
a) [Les mots constr. sont des adj.] V. monomorphe (s.v. -morphe), monotype (I A) et aussi:
monotriche (-triche, du gr. , «poil»), adj. et subst. masc. (Organisme unicellulaire, notamment bacille) pourvu d'un seul cil vibratile (d'apr. Méd. Biol. t.2 1971). Monotrichie, subst. fém., dér. Fait de posséder un seul cil vibratile. Le nombre [des cils] va de 1 à plusieurs douzaines (monotrichie à polytrichie). L'insertion monotriche est monopolaire, parapolaire ou bipolaire (céphalotrichie). L'insertion polytriche est lophotriche si c'est une touffe de cils à un pôle ou à chaque pôle, et péritriche si tous les cils sont répartis sur toute la surface (Encyclop. Sc. Techn. t.2 1970, p.227).
monoxène (-xène, du gr. «étranger»). adj. [En parlant d'un parasite animal] Dont le cycle évolutif s'accomplit chez un seul hôte (d'apr. Méd. Biol. t.2 1971). Les différentes phases du cycle [des Sporozoaires] peuvent s'effectuer soit chez le même hôte (parasites monoxènes) (...), soit chez deux hôtes d'espèces différentes (parasites hétéroxènes), comme c'est le cas des Plasmodium où la phase végétative s'effectue chez l'hôte vertébré et la phase sexuée chez un Invertébré hémophage (Moustique) (Encyclop. Sc. Techn. t.10 1973, p.101). P. ext. Cycle monoxène (Encyclop. Sc. Techn. t.1 1969, p.775).
Rem. À noter aussi l'empr. au gr.: monorchide.
b) [Les mots constr. sont des subst.] V. monocyte, monogénie (comp. s.v. monogène) et aussi:
monoblaste, subst. masc. Synon. de histioblaste (s.v. hist(o)- II B 1). Voir ROUSSY ds Nouv. Traité Méd. fasc. 5, 2 1929, p.260. Monoblastique, adj., dér. Qui concerne les monoblastes. On appelle leucémie aiguë monoblastique (...) la leucémie affectant les cellules souches des monocytes, ou monoblastes, de façon telle que les cellules produites ne se différencient pas, donc que s'accumulent les monoblastes (Encyclop. Sc. Techn. t.7 1972, p.318).
monochromasie, subst. fém. Perception des couleurs réduite à une seule. Synon. achromatopsie. La destruction de la fonction visuelle, quel que soit l'emplacement des lésions, suit la même loi: toutes les couleurs sont d'abord atteintes et perdent leur saturation. Puis le spectre se simplifie, se ramène à quatre et bientôt à deux couleurs; on arrive finalement à une monochromasie en gris, sans d'ailleurs que la couleur pathologique soit jamais identifiable à une couleur normale quelconque (MERLEAU-PONTY, Phénoménol. perception, 1945, p.16).
monoplégie, subst. fém. ,,Paralysie limitée à un seul membre ou à un seul groupe musculaire`` (Méd. Biol. t.2 1971). Monoplégie du membre supérieur gauche (MÉNÉTRIER, STÉVENIN ds Nouv. Traité Méd. fasc. 1 1926, p.291). Les oblitérations de la cérébrale antérieure (...) donnent lieu ou (...) à une monoplégie crurale à prédominance distale, ou (...) à une hémiplégie avec importante prédominance crurale (Ce que la Fr. a apporté à la méd., 1946, p.272).
2. [Le 2e élém. est issu du lat.] V. monovalent.
3. [Le 2e élém. est un adj.; les mots constr. sont des adj.] V. monoarticulaire, monocellulaire, monoculaire, mononucléaire, mononucléé (rem. s.v. mononucléaire) et aussi:
monobrachial, -ale, -aux, adj. La gravité [de ces états parkinsoniens] dépend de la généralisation du processus. Les formes frustes, limitées à un peu de lenteur des mouvements avec fixité du regard, sont le plus souvent transitoires. Il en est de même des formes localisées, par exemple à un membre, comme la forme monobrachiale (...) qui peut guérir (MAY ds Nouv. Traité Méd. fasc. 4 1925, p.61).
monochorial, -ale, -aux, adj. Les jumeaux vrais sont caractérisés par les particularités suivantes: à la naissance, les annexes foetales (chorion, placenta) leur sont communes; on dit qu'ils sont monochoriaux (CAULLERY, Embryol., 1942, p.114).
monoganglionnaire, adj. Il se développe souvent dans l'aine une adénite (monoganglionnaire) (DEMANCHE ds Nouv. Traité Méd. fasc. 5, 1 1924, p.6).
monomicrobien, -ienne, adj. ,,Qui est dû à l'action ou qui est caractérisé par la présence d'un seul microbe`` (Méd. Biol. t.2 1971). D'après Netter, la broncho-pneumonie monomicrobienne staphylococcique serait plus fréquente chez l'enfant (MACAIGNE ds Nouv. Traité Méd. fasc. 1 1926, p.314).
monosexuel, -elle, adj. Bisexualité psychique à dominante monosexuelle sur une sexualité physiologique fermement arrêtée: ainsi peut-on qualifier l'équilibre normal de l'être humain (MOUNIER, Traité caract., 1946, p.158).
monospécifique, adj. [En parlant d'un genre] Qui ne comprend qu'une seule espèce (d'apr. THINÈS-LEMP. 1975).
monosymptomatique, adj. ,,Qui se manifeste par un seul symptome`` (Méd. Biol. t.2 1971). Le rattachement de ces formes monosymptomatiques à l'encéphalite léthargique ne va pas toujours sans hésitations (MAY ds Nouv. Traité Méd. fasc. 4 1925, p.49).
mono-tissulaire, adj. Nous étudierons d'abord les tumeurs bénignes conjonctives parce que mono-tissulaires (ROUSSY ds Nouv. Traité Méd. fasc. 5, 2 1929, p.104).
monovitellin, -ine, adj. Synon. de monozygote (infra I D 4 a). La gémellarité (...) monovitelline (NICOLAS ds Nouv. Traité Méd. fasc. 4 1925, p.671).
monozygotique, adj. Synon. de monozygote (infra I D 4 a). Jumeaux monozygotiques (Hist. gén. sc., t.3, vol.2, 1964, p.655).
4. [Le 2e élém. est un subst.]
a) [Le mot constr. est un adj.]:
monozygote, adj. (Jumeaux) monozygotes. (Jumeaux) issus de la division d'un oeuf unique (d'apr. Méd. Biol. t.2 1971). Voir DELAY, Psychol. méd., 1953, p.152. Emploi subst. Par rapport aux grossesses simples la durée de gestation est plus courte de 3 semaines environ pour les monozygotes, de 10 jours pour les dizygotes (Encyclop. Sc. Techn. t.7 1972, p.203).
b) [Le mot constr. est un subst.]:
monoarthrite, mono-arthrite, subst. fém. ,,Arthrite localisée à une seule articulation`` (GARNIER-DEL. 1972). La mono-arthrite typhique (...) s'observe surtout à la hanche (WIDAL, LEMIERRE, ABRAMI ds Nouv. Traité Méd. fasc. 3 1927, 155). Les arthrites microbiennes sont habituellement des monoarthrites (RAVAULT, VIGNON, Rhumatol., 1956, p.516).
5. [Le 2e élém. représente un subst.]:
monocoque (-coque représente microcoque), subst. masc. Microcoque qui se présente à l'état isolé. Les monocoques (...) [se présentent] sous l'aspect de petites sphères bien isolées les unes des autres (ROGER ds Nouv. Traité Méd. fasc.1 1926, p.13).
monosomie (-som- représente chromosome), subst. fém. ,,État résultant de la perte d'un chromosome entier, se traduisant par la présence dans une cellule diploïde d'un seul des deux chromosomes correspondant à une paire déterminée`` (Méd. Flamm. 1975). Monosomique, adj., dér. [En parlant d'un organisme diploïde] Qui a perdu un chromosome de son stock, sa formule génétique étant 2 n - 1 (d'apr. Méd. Biol. t.2 1971).
E.BOTANIQUE
1. [Le 2e élém. est issu du gr.; les mots constr. sont des adj.] V. monadelphe (s.v. -adelphe I), monoïque, monophylle, monosperme et aussi:
monanthe, monanthème (-anth(e), du gr. «fleur»). adj. Qui n'a qu'une seule fleur; qui a des fleurs solitaires (d'apr. GATIN 1924).
monocarpien, -ienne, monocarpique (-carp-, du gr. «fruit»). adj. Qui ne produit des fruits qu'une seule fois (d'apr. DAGET-GODRON 1974). Deux grandes espèces de plantes supérieures peuvent être distinguées. La première rassemble les plantes qui ne peuvent se reproduire qu'une seule fois dans leur vie (...): ce sont les espèces monocarpiques. La seconde groupe les plantes susceptibles de fleurir et de fructifier plusieurs fois: ce sont les espèces polycarpiques (Encyclop. Sc. Techn. t.4 1970, p.160).
monocéphale, adj. ,,Qui ne porte qu'un capitule`` (Forest. 1946).
monochlamydé, -ée (-chlamydé, du gr. «tunique»), adj. et subst. fém. plur. Synon. vieilli de apétale. V. Hist. gén. sc., t.3, vol.1, 1961, p.433.
monocline (-cline, du gr. «lit, couche»). adj. Synon. de hermaphrodite (d'apr. Forest. 1946).
monogyne, adj. Synon. de monocarpellaire (infra I E 2). (Ds Forest. 1946).
Rem. À noter aussi a) Les empr. ) Au gr.: Monogame (v. ce mot B 2); Monotrope (de «qui a une manière d'être simple, de nature simple»), subst. masc. Plante dicotylédone gamopétale, famille des Monotropacées, ordre des Éricales [ordre comprenant notamment les bruyères, du lat. erice «bruyère»] dont les feuilles sont réduites à des écailles jaunâtres (d'apr. Bot., 1960, p.1113 [Encyclop. de la Pléiade]). Au voisinage des Éricacées [famille de l'ordre des Éricales] se placent les Monotropacées dont le Monotrope suce-pin plante saprophyte non chlorophyllienne (PLANTEFOL, Bot. et biol. végét., t.2, 1931, p.417). Quelques plantes à fleurs, dépourvues de chlorophylle, comme le monotrope (...), vivent en saprophytes, dans les forêts, sur les lits de feuilles mortes en décomposition (CAMEFORT, GAMA, Sc. nat., 1960, p.341). ) Au lat. du gr.: monocotylédone, monoécie. b) Monandre, dér. régr. de monandrie. c) Monoblépharidales, subst. fém. plur., dér. sav. de monoblepharis (s.v. bléphar(i)-). Ordre de champignons comprenant le seul genre Monoblepharis chez lequel chaque oogone produit une unique oosphère immobile qui sera fécondée par un gamète mâle flagellé, amiboïde (d'apr. Bot., 1960, p.408 [Encyclop. de la Pléiade] et Encyclop. Sc. Techn. t.8 1972, p.889).
2. [Le 2e élém. est un adj.]:
monocarpellaire, adj. [En parlant d'une fleur] Qui n'a qu'un carpelle. Synon. monogyne (supra I E 1). (Ds Forest. 1946).
3. [Le 2e élém. est un subst.; les mots constr. sont des adj.]:
monogerme, adj. [En parlant d'une graine isolée] Qui est obtenu par segmentation des glomérules, en particulier pour la culture de la betterave (d'apr. Lar. encyclop. Suppl. 1968).
monopétale, adj. La corolle est formée d'une seule pièce ou bien elle en compte plusieurs. Dans le premier cas on la dit monopétale ou gamopétale, polypétale ou dialypétale (dialy- du gr. «séparer») dans le deuxième (CARRIÈRE, Encyclop. hortic., 1862, p.126).
monosépale, adj. Le calyce (...) est formé d'une ou de plusieurs pièces nommées sépales; dans le premier cas on le dit monosépale ou gamosépale; dans le second il est polysépale ou dialysépale (CARRIÈRE, Encyclop. hortic., 1862, p.79).
4. [Le 2e élém. est dér. d'un subst.]:
monostélie (de stèle), subst. fém. ,,Structure la plus répandue chez les végétaux, et dans laquelle la tige ne possède qu'une seule stèle [cylindre central] entourée par son péricycle et son endoderme`` (GATIN 1924).
F.CHIM., PHYS. (v. aussi infra I L et II)
1. [Le 2e élém. est issu du gr.] V. monomère B.
2. [Le 2e élém. est un adj.; les mots constr. sont des adj.] V. monoatomique, monomoléculaire (rem. 1 s.v. moléculaire), mononucléaire, monovalent et aussi:
monocyclique, adj. [En parlant d'un composé organique] Dont la formule ne contient qu'un seul cycle (d'apr. Lar. encyclop.).
monodimensionnel, -elle, adj. Le type le plus simple de macromolécule est constitué par des enchaînements atomiques covalents se développant dans une direction de l'espace. Ce sont les macromolécules monodimensionnelles dites encore linéaires, filiformes ou caténiformes [en forme de chaîne] (CHAMPETIER, Chim. macromol., 1957, p.30).
monodispersé, -ée, adj. [En parlant d'un sol, d'un système] Dont les particules ont des dimensions égales ou très voisines (d'apr. PLAIS.-CAILL. 1958).
monoélectronique, adj. Nous désignons sous le nom de méthodes des orbitales atomiques celles qui consistent à rechercher une solution approchée des équations d'onde en utilisant des combinaisons de fonctions «monoélectroniques» c'est-à-dire de fonctions ne dépendant que des coordonnées associées à un électron (DAUDEL, Fond. chim. théor., 1956, p.41).
monophasique, adj. Le passage d'un système monophasique à un système diphasique (...) [s'opère] avec de vraisemblables changements de structure (HUSSON, GRAF, Manuel biol gén., 1965, p.80).
monovariable, adj. Synon. de monovariant (infra). Dans le domaine des concentrations la composition d'une phase sera représentée par un point (...). Si la composition de la phase reste constante, invariable (...), son chimisme —c'est-à-dire sa composition chimique — est toujours donné par ce point. Si la composition de la phase varie le long d'une droite dans le domaine des concentrations, son «chimisme» est monovariable (NIGGLI, Loi phases minér. et pétrogr., t.1, 1938, p.26).
monovariant, -ante, adj. [En parlant d'un système] Dont la variance est égale à l'unité (d'apr. DUVAL 1959, s.v. univariant synon.). Avec variance d'une grandeur qui fixe la valeur des autres (système monovariant); (...) avec variance de Z grandeurs (système Z-variant) (NIGGLI, Loi phases minér. et pétrogr., t.1, 1938, p.16).
G.DR., POL.
1. [Le 2e élém. est issu du gr.]:
monocratie, subst. fém. Régime politique où le pouvoir appartient à un seul (d'apr. Jur. 1974). La monocratie gaullienne (Le Monde, 31 mai 1969 ds GILB. Mots contemp. 1980). Monocratique, adj., dér. Qui relève de la monocratie. Une autorité monocratique quelconque, placée au centre d'un régime public, tend toujours à passer la ligne de démarcation qui sépare la surveillance générale de l'autorité active (Le Moniteur, t.2, 1789, p.427). Le passage reste inachevé entre l'Église monocratique et l'Église-communauté (Le Monde, 19 mai 1970 ds GILB. Mots contemp. 1980).
2. [Le 2e élém. est issu du lat.] V. monocaméralisme.
Rem. À noter aussi les empr. a) au gr.: monogame (v. ce mot B 1); b) au lat. du gr.: monarchie.
3. [Le 2e élém. est issu du fr. et est un subst.]:
monocentrisme, subst. masc. Et il est nécessaire de substituer le plus souvent possible le polycentrisme au monocentrisme, le libre débat à la décision secrète, et, surtout, la décision prise à proximité de ceux qu'elle concerne, à la décision arrêtée loin d'eux (L'Express, 5 févr. 1973, p.40, col.2). Monocentrique, adj., dér. À un processus de décision polycentrique, fondé sur l'ajustement mutuel entre les ressources de l'État et les demandes multiples des agences locales, se substitue aujourd'hui un processus monocentrique dont les services centraux ont seuls la responsabilité et qui se fondent sur un arsenal de rationalisations techniques (J.-C. THOENIG, L'Ère des technocrates, Paris, éd. d'organisation, 1973, p.159).
H.ÉCONOMIE
1. [Le 2e élém. est issu du gr.] V. aussi l'empr. au lat. du gr.: monopole.
monopsone (-opsone, du gr. «acheter»), subst. masc. ,,Situation de marché dans laquelle il n'est qu'un seul acheteur d'un produit fabriqué par une multitude de vendeurs`` (TÉZENAS 1972). Ce serait une erreur d'assimiler cette situation — construite à dessein comme un extrême — à un monopole partiel et à un monopsone partiel (PERROUX, Écon. XXe s., 1964, p.196).
2. [Le 2e élém. est un subst.] V. monoculture, monométallisme et aussi:
monoprix, subst. masc. . (nom d'entreprise commerciale déposé) ,,Magasin à succursales multiples (cf. Prisunic, Uniprix) originairement à prix unique pour un groupe déterminé de marchandises`` (ROB. Suppl. 1970). Les fonctionnaires économiques connaissent bien le cas du petit commerce habitué à se déclarer partisan de la concurrence et acharné à réclamer la réglementation des monoprix (MEYNAUD, Groupes pression Fr., 1958, p.100).
monoproduction, subst. fém. Dans presque tous les pays touchés ce processus s'est traduit par le développement d'un ou plusieurs secteurs de monoproduction agricole ou minière, d'exportation, qui ont étouffé ou marginalisé toutes les autres activités (Réalités, sept. 1973, p.30, col.1).
I.LINGUISTIQUE
1. [Le 2e élém. est un suff. sav.] V. monème.
2. [Le 2e élém. est issu du gr.; les mots constr. sont des subst.] V. monographe, monographie, monosémie et aussi:
monophtongue (d'apr. diphtongue), subst. fém. ,,Phonème qui ne comporte qu'une seule émission de voix`` (MAR. Lex. 1951). Monophtongaison, subst. fém., dér. Réduction d'une diphtongue à une voyelle simple: lat. auricula > oricula (d'apr. MAR. Lex. 1951). La monophtongaison des diphtongues (...) n'est qu'une variété de l'assimilation (SAUSSURE, Ling. gén., 1916, p.204).
monopodie (-podie, du gr. , «pied»), subst. fém. Le rythme trochaïque, disposé par monopodies ou par dipodies, est le rythme musical pour lequel on semble avoir eu une prédilection marquée au Moyen âge (COUSSEMAKER, Hist. harm. Moy.-Âge, 1852, p.103).
monorème (-rème, du gr. «mot, parole»), subst. masc. 1. Phrase dont l'énoncé ne présente qu'un seul membre, dépourvu de tout verbe conjugué (d'apr. MORIER 1975). 2. Mesure rythmique constituée d'un mot unique ou de plusieurs mots formant un sens unique et ne recevant, par conséquent, qu'un seul ictus (d'apr. MORIER 1975). Emploi adj. Mesure monorème (MORIER 1975).
Rem. À noter aussi les empr. au lat. du gr.: monogramme, monomètre, monostique, monosyllabe.
3. [Le 2e élém. est issu du lat.] V. monolingue.
4. [Le 2e élém. est un adj.]:
monoconsonantique, adj. Graphèmes monoconsonantiques (E. ALARCOS LLORACH ds Langage, 1968, p.535).
monotonique, adj. ,,Qui n'a qu'un seul ton`` (Lar. Lang. fr.).
5. [Le 2e élém. est un subst.] V. monorime.
J.MATHÉMATIQUES
1. [Le 2e élém. est issu du gr.] V. monogène et aussi:
monodrome (-drome, du gr. «course»), adj. Fonction monodrome ou uniforme dans un domaine. Fonction de la variable complexe f(z) qui, en tout point z de ce domaine, ne peut prendre qu'une seule valeur (d'apr. Lar. encyclop.). Cauchy lui-même réexamine la théorie générale des fonctions de la variable complexe et forge un vocabulaire qui en précise les propriétés: fonctions monodromes, pour celles que nous appelons uniformes, et surtout fonctions monogènes, pour celles qui sont continues et dont la dérivée est en chaque point bien définie (Hist. gén. sc., t.3, vol.1, 1961, p.63).
2. [Le 2e élém. est issu du lat.] V. monôme.
K.MUSIQUE
1. [Le 2e élém. est issu du gr.] V. monophonie et aussi:
monorythmie, subst. fém. La musique à danser, qui impose sa monorythmie et ses carrures à toute la musique dite classique, nous priva bien longtemps de la polyrythmie ou superposition de rythmes dont chacun est réalisé par une des parties de la polyphonie (MIGOT, Lex. termes mus., 1935, p.109). Monorythmique, adj., dér. Nous appliquerons exclusivement le nom de Prélude à la pièce instrumentale libre, le plus souvent monothématique, monorythmique (...) qui précède ordinairement la Fugue, et fait corps avec elle (D'INDY, Compos. mus., t.2, 1, 1897-1900, p.64). Vous rencontrerez [chez Bach, Mozart, Beethoven, etc.] des oeuvres (...) à dessins persistants; (...) ce sont des oeuvres monorythmiques (MATHIS-LUSSY, Rythme mus., 1911, p.31).
Rem. À noter aussi les empr. au lat. du gr.: monocorde, monodie, monotone.
2. [Le 2e élém. est un adj.]:
monostrophique, adj. La cantilène se compose, d'un bout à l'autre, d'une série de strophes du même dessin rythmique (...) c'est le type monostrophique (REINACH, Mus. gr., 1926, p.100).
monothématique, adj. La Fugue (...) est, par définition, monothématique et unitonique (D'INDY, Compos. mus., t.2, 1, 1897-1900, p.10).
monotonal, -ale, -aux, adj. Monotonale, ou polytonale, ou atonale, la fugue doit rester bien distribuée quant aux rythmes, et vivante quant aux mouvements de parties (KOECHLIN, Écrit. fugue, 1933, p.270). Monotonalité, subst. fém., dér. Un agglomérat sonore qui (...) affirme (...) dans le grave une monotonalité (MIGOT, Lex. termes mus., 1935, p.170).
3. [Le 2e élém. est un subst.]:
monothématisme, subst. masc. En dehors de toute idée littéraire, l'unité de l'oeuvre [Petrouchka] est donc réalisée par des moyens exclusivement musicaux: monothématisme, symétrie, structure d'ensemble conforme au plan de la sonate classique (SCHLOEZER, Stravinski, 1929, p.92).
L.PHYSIQUE
1. [Le 2e élém. est issu du gr.]:
monotherme, adj. Transformation monotherme. Transformation au cours de laquelle un système n'échange de chaleur qu'avec une seule source, à température déterminée (d'apr. Lar. encyclop.). Dans une transformation monotherme irréversible, le travail W fourni au système est toujours supérieur à celui qu'on lui fournirait dans une transformation réversible ayant mêmes extrémités (Hist. gén. sc., t.3, vol.1, 1961, p.280).
2. [Le 2e élém. est issu du lat.]:
monaural, -ale, -aux, adj. V. infra M. Synon. de monophonique (dér. s.v. monophonie). (Ds PIR. 1964).
Rem. À noter aussi l'empr. au lat.: monocle.
3. [Le 2e élém. est un adj.; les mots constr. sont des adj.] V. monochromatique, monoculaire et aussi:
monocinétique, adj. ,,De même vitesse`` (LAITIER 1969). Le deuton se révéla une particule très efficace pour provoquer des transmutations par suite de sa faible énergie de liaison. Après la découverte du neutron et les travaux de Fermi on s'efforça de réaliser des sources de neutrons monocinétiques artificielles en utilisant diverses réactions nucléaires (Hist. gén. sc., t.. 3, vol.2, 1964, p.363).
monoénergétique, adj. [En parlant d'un flux de particules] Qui ont toutes la même énergie (d'apr. PIR. Atom. 1959).
monofilaire, adj. À un fil. La cellule est placée derrière un obturateur photographique; elle est reliée à un électromètre monofilaire ou à quadrants (M.CURIE, Luminescence, 1934, p.55).
monoréfringent, -ente, adj. ,,Qui produit une réfraction simple`` (Lar. encyclop.). Voir LAPPARENT, Minér., 1899, p.602.
4. [Le 2e élém. est un subst.]
a) [Le mot constr. est un adj.]:
monowatt, adj. Au point de vue de la fatigue oculaire, la lampe monowatt est préférable pour les usages courants, la demi-watt, plus brillante, mais plus riche en rayons ultra-violets, n'est à employer que pour les éclairages indirects (Lar. mén. 1926, p.518).
b) [Les mots constr. sont des subst.]:
monochromateur, subst. masc. Si, dans un spectroscope, on supprime l'oculaire et que l'on place une fente dans le plan focal de l'objectif, fente réglable micrométriquement et ne laissant passer qu'une partie du spectre, on obtient un monochromateur (...) permettant de sélectionner des radiations monochromatiques de longueurs d'onde connues (Encyclop. Sc. Techn. t.10 1973, p.67).
monochromatisme, subst. masc. Caractère monochromatique d'une radiation ou d'une lumière. On est parvenu à construire, pour les radiations infrarouges et visibles, des lasers (...): ce sont (...) des sources de lumière cohérente dont le monochromatisme et la puissance instantanée dépassent considérablement celles des sources ordinaires (Hist. gén. sc., t.3, vol.2, 1964, p.226).
monocristal, -aux, subst. masc. ,,Bloc de métal ou de métalloïde ne comprenant qu'un seul réseau cristallin`` (Informat. 1972). La solubilité à l'état solide de l'argent est plus grande dans le monocristal que dans le produit polycristallisé (J. phys. et Radium, Chim. phys., 1935, p.340).
5. [Le 2e élém. est dér. d'un subst.] V. monophasé.
M.PSYCHANAL., PSYCHIATRIE, PSYCHOL.
1. [Le 2e élém. est issu du gr.] V. monomanie.
2. [Le 2e élém. est issu du lat.]:
monaural, -ale, aux, adj. (cf. angl. monaural att. dep. 1888). Relatif aux circonstances d'une excitation ou d'une sensation auditive concernant une seule oreille (d'apr. PIÉRON 1973).
3. [Le 2e élém. est un adj.]:
monauriculaire, adj. Synon. de monaural (supra I M 2). (Ds PIÉRON 1973).
4. [Le 2e élém. est dér. d'un subst.] V. monoïdéisme.
N.RELIG. [Le 2e élém. est issu du gr.] V. monothéisme, monothéiste et aussi:
monolâtrie, subst. fém. Adoration préférentielle d'un dieu parmi d'autres. Le monothéisme de Moïse est absolu. Ce législateur n'a donc établi en Israël ni la monolâtrie nationale, comme si Jahvé n'avait été que le dieu unique et particulier de ce peuple, ni le jahvisme, culte du dieu national (...). Il a atteint le monothéisme théorique et parfait, en condamnant définitivement le polythéisme (Théol. cath. t.4, 1 1920, p.965).
Rem. À noter aussi les empr. a) au gr.: monophysite, monothélite; b) à l'all. du gr.: monisme.
O.SC. DE LA TERRE. [Le 2e élém. est issu du gr.] V. monoclinique et aussi:
monoclinal, -ale, -aux (-clinal, du gr. «s'incliner» d'apr. synclinal), adj. ,,Qui se rapporte aux structures où les couches sont inclinées dans le même sens sur de vastes étendues`` (FOUC.-RAOULT Géol. 1980). Relief monoclinal (MARROU, Connaiss. hist., 1954, p.159).
P.SPECTACLE
1. [Le 2e élém. est issu du gr.] V. monologue.
2. [Le 2e élém. est un subst.]:
monodrame, subst. masc. Œuvre dramatique unissant la voix parlée (le chant étant exclu) et une musique instrumentale évocatrice, écrite pour un unique acteur et souvent un choeur (d'apr. Mus. 1976). J'ai fini mon monodrame (...) et retouché ma Symphonie fantastique (BERLIOZ, Souv. voy., 1869, p.38). Ce monodrame [de Joaquin Nin] (...) condense la matière de tout un ballet (LEVINSON, Visages danse, 1933, p.170).
Q.SPORTS. [Le 2e élém. est un subst.]:
monocycle, subst. masc. ,,Cycle à une seule roue employé dans les cirques et music-halls par les équilibristes`` (Lar. encyclop.). Le premier monocycle (...) date de 1855 (BAUDRY DE SAUNIER, Cycl., 1892, p.87).
monoski, subst. masc. Ski sur lequel on engage les deux pieds pour faire du ski nautique, et p. méton., sport ainsi pratiqué (d'apr. Lar. encyclop. Suppl. 1975). Dans l'évolution constante que connaît la technique du ski, cette saison marque l'arrivée du monoski. Didier Laffond (auteur de ce reportage) et quelques-uns de ses amis moniteurs de ski en font une démonstration spectaculaire au pied des aiguilles de Chamonix (Télérama, 28 févr. 1981, p.47, col. 2).
R.TECHNOL. [Le 2e élém. est un subst.]
1. [Les mots constr. sont adj. et subst.] V. monobloc, monocylindre, monomoteur, monoplace, monoplan, monorail, monoréacteur, monotype (I B) et aussi:
monocâble, subst. ,,À un seul câble`` (Lar. encyclop.). Téléphérique monocâble (Lar. encyclop.. Subst. masc. ,,Transporteur aérien constitué par un câble sans fin à la fois porteur et tracteur, actionné par un treuil`` (Lar. encyclop.). [Les transporteurs] aériens par câble unique, porteur et tracteur (...) sont souvent désignés sous le nom de câbles-norias ou monocâbles (HATON DE LA GOUPILLIÈRE, Exploitation mines, 1905, p.940).
monocommande, subst. fém. Allumage automatique par monocommande. Pour ouvrir le gaz et l'allumer, il suffit d'une seule main agissant sur un seul bouton (Paris-Match, 13 mai 1976, p.153). En appos. Store à lamelles horizontales dont le profil doublement incurvé permet une circulation d'air dirigé. Les lames sont en Duralinox «ressort» laqué, émail au four infrarouge. La lame basse en acier lourd permet au store de descendre par son propre poids. Montage avec cordons de tirage ou par tige «système monocommande» (Elle, 11 mai 1970, p.265, col. 2).
monocoque, subst. (Carrosserie de véhicule, fuselage d'avion, etc.) qui forme une coque d'une seule pièce et supportant seule tous les autres éléments sans aide d'un châssis ou de membrure quelconque (d'apr. DEW. Technol. 1973). Des canoés monocoques ont pu être entièrement moulés en forme (CAMPREDON, Bois, 1948, p.141). La carrosserie automobile monocoque acquiert sa grande force de résistance grâce aux tôles bombées et incurvées spatialement (SIEGEL, Formes structurales archit. mod., 1965, p.179). Subst. masc. ,,Construction d'une seule pièce, réalisée souvent par soudure, et dans laquelle la résistance est demandée principalement au revêtement, soutenu par des raidisseurs`` (Lar. encyclop.). V. bicoque ex. 6. Je suis le premier aviateur qui traverse l'Atlantique en monocoque (CENDRARS, Du Monde entier, Le Panama ou Les aventures de mes sept oncles, 1918, p.74).
monocrin, subst. (Fil) composé d'une seule fibre artificielle ou d'un seul crin synthétique. Les fils de Nylon utilisés pour la pêche sont monocrins (Lar. encyclop.).
2. [Les mots constr. sont des subst.]
monergol, subst. masc. Liquide unique assurant la propulsion d'un moteur de fusée (d'apr. ROB. Suppl. 1970). On appelle propergols les substances autocombustibles utilisées dans les moteurs fusées (...). La réalisation d'un propergol correspond, dans le cas général, à l'association de deux ou plusieurs constituants — les ergols —de nature différente (un comburant et combustible), afin d'obtenir un mélange susceptible de donner une réaction de décomposition fortement exothermique avec formation de produits gazeux. Toutefois, l'exothermicité de la réaction peut résulter du caractère endothermique d'un constituant unique ou encore de la combustion catalytique d'un seul produit rendue possible par l'aspect mixte, comburant et combustible, de sa molécule (cas d'un monergol) (Encyclop. Sc. Techn. t.9 1973, p.174).
monofilament, subst. masc. ,,Fil unique obtenu par coagulation d'une coulée continue de liquide, comme dans la fabrication des textiles artificiels ou par filage avec étirage à froid, comme dans la fabrication des fils de polyamides, ou par extrusion avec étirage`` (Lar. encyclop. Suppl. 1968). En France, le nylon est largement employé en velours double pièce pour l'habillement, le jouet, l'ameublement (sièges et tapis). Les monofilaments polyamides, les fils multifilaments à gros brins sont utilisés comme «guard hairs», dans les articles à plusieurs hauteurs de poil (THIÉBAUT, Fabric. tissus, 1961, p.112).
monorotor, subst. masc. Le Super Frelon (...) est un monorotor à six pales (Encyclop. Sc. Techn. t.6 1971, p.577).
monosoc, subst. masc. Les charrues pour labours en planches (...) peuvent labourer une ou plusieurs raies à la fois, on les appelle dans le premier cas des «monosocs» et dans le second des «polysocs» (BALLU, Mach. agric., 1933, p.106).
monotéléphone, subst. masc. ,,Téléphone dans lequel le diaphragme est réglé de manière à ne reproduire fortement qu'une note`` (QUILLET 1965). La moindre différence de fréquence permet [en T.S.F.] (...) d'étouffer les notes gênantes: Par le monotéléphone, ou écouteur dont la plaque ne vibre bien que pour un son déterminé (COUSTET, T.S.F. prat., 1924, p.229).
Rem. Bien que dans ce domaine, le 2e élém. semble être toujours un subst. fr., on notera les empr. a) au gr.: monoxyle; b) à l'anglo-amér. du gr.: monotype (v. ce mot III).
S.ZOOLOGIE
1. [Le 2e élém. est issu du gr.]
a) [Les mots constr. sont des adj.] V. monomère A et aussi:
monodactyle, adj. Qui ne possède qu'un doigt. L'on retrouve toutes les étapes de ces formes aux types onguligrades, qui finissent par être monodactyles (E.PERRIER, Zool., t.4, 1928-32, p.3402).
monophage, adj. Qui ne se nourrit qu'aux dépens d'une autre espèce unique, soit en tant que parasite, soit en tant que prédateur (d'apr. VILLEMIN 1975).
Rem. À noter aussi l'empr. au gr.: monogame (v. ce mot B 3).
b) [Les mots constr. sont adj. et subst.] V. monotrèmes et aussi:
monocystidé, -ée (-cystidé, du gr. «poche gonflée»). adj. Le corps unicellulaire [de la Grégarine] peut être subdivisé ou non par des cloisons, d'où l'existence de Grégarines Polycystidées (...) et de Grégarines Monocystidées (Encyclop. Sc. Techn. t.6 1971, p.469). Subst. masc. plur. Le corps des Grégarines peut être formé de un ou deux segments nettement séparés. De là leur division en deux groupes naturels, les Monocystidés et les Polycystidés (E. PERRIER, Zool., t.1, 1893, p.461).
monodelphe, monodelphien, -ienne (-delph(e), du gr. «matrice»). adj. Synon. placentaire; anton. didelphe. Les Mammifères Monodelphes ou Placentaires des auteurs actuels étaient (...) divisés en ordres (E. PERRIER, Zool., t.1, 1893, p.395). Subst. masc. plur. J'en conclus définitivement (...) [que cet être phénoménal] appartenait à l'embranchement des vertébrés, classe des mammifères, sous-classe des monodelphiens (VERNE, Vingt mille lieues, t.1, 1870, p.53).
monodonte, subst. masc. Qui n'a qu'une seule dent. Synon. vieilli de troche, troque (d'apr. QUILLET 1965). Les Mollusques que nous procura ce mouillage furent des Pourpres, des Tritons, des Troques, des Monodontes, des Volutes, des Patelles (...) [Nouvelle-Zélande] (DUMONT D'URVILLE, Voy. autour du monde, t.2, 1832-34, p.284).
monothalame (-thalame, du gr. «chambre»). adj. Synon. de uniloculaire. La coquille [des Foraminifères] est monothalame quand elle se compose d'une chambre unique (...); elle est polythalame quand elle se compose de plusieurs chambres produites successivement au cours de la croissance (Zool., t.1, 1963, p.373 [Encyclop. de la Pléiade]). Emploi subst. masc. La forme de la coquille la plus simple est celle des Monothalames, constituée par une seule chambre qui peut être sphérique ou allongée, ramifiée ou en spirale. Chez les Polythalames, la coquille est divisée en loges successives (Encyclop. Sc. Techn. t.6 1971, p.17).
Rem. À noter aussi a) L'empr. au gr.: Monacanthe, adj. et subst. masc. ) Adj. Qui présente une seule épine. Prolongement monacanthe (Lar. encyclop.). ) Subst. masc. Poisson osseux voisin de la baliste, à nageoire dorsale rudimentaire, munie d'un fort rayon épineux (d'apr. Lar. encyclop.). b) L'adaptation au gr.: monère.
c) [Les mots constr. sont des subst.]:
monocéros (-céros, du gr. «corne»), subst. masc., entomol. Synon. vieilli de rhinocéros. Le scarabée monocéros (CUVIER, Anat. comp., t.2, 1805, p.336).
monodon, subst. masc. Cétacé du genre narval (d'apr. Lar. encyclop.).
monostome, subst. masc. ,,Plathelminthe trématode de l'ordre des distomiens [ordre de vers trématodes, comprenant notamment les douves, toujours parasites, munis d'une ou deux ventouses (d'apr. Lar. encyclop.)] qui n'a qu'une ventouse située à la bouche`` (Lar. encyclop.). L'oeuf des monostomes (E. PERRIER, Philos. zool. av. Darwin, 1884, p.221).
2. [Le 2e élém. est un adj.]:
monocilié, -ée, adj. Cellules monociliées (E. PERRIER, Zool., t.1, 1893, p.611).
monocyclique, adj. [En parlant d'une espèce] Qui ne présente qu'une période sexuelle par an (d'apr. Lar. encyclop.). Les Crinoïdes sont dicycliques ou monocycliques (E. PERRIER, Zool., t.1, 1893, p.793).
3. [Le 2e élém. est un subst.]:
monaxone, adj. Démosponges. C'est la classe qui comprend le plus grand nombre d'Éponges (...). Les Démosponges sont caractérisées par la variété de leur squelette. Les spicules siliceux ont des formes très diverses (...). Les spicules des Démosponges sont de trois types: le type monaxone, à un seul axe en forme de tige ou d'aiguille; le type tétraxone, fait de 4 rayons se rencontrant sous des angles de 90o ou 180o; et le type polyaxone, comprenant tous les spicules à axes très nombreux s'irradiant d'un centre commun (Encyclop. Sc. Techn. t.10 1973, p.94).
II.CHIM. [Mon(o)- indique la présence d'un atome, d'une molécule, d'un radical ou d'une fonction dont la nature est désignée par le 2e élém., ou, p. ext., qu'un seul de ceux-ci est concerné]
A. — [Le 2e élém. est un adj.]
1. [Les mots constr. sont des adj.] V. monocalcique et aussi:
monobasique, adj. [En parlant d'une base, d'un sel] Qui libère un seul ion OH- par molécule (d'apr. DUVAL 1959). Un acide tribasique, envisagé comme équivalent à 3 molécules monobasiques, intimement unies et inséparables (BERTHELOT, Synth. chim., 1876, p.104).
monochloré, -ée, adj. Le chlorure de naphtaline monochlorée se trouve isomorphe avec le chlorure de naphtaline qui cristallise en prisme oblique à base rhombe (PASTEUR ds Annales de chim. et de phys., t.23, 1848, p.291).
monoestérifié, -ée, adj. Un groupement phosphoryle terminal monoestérifié (PRIVAT DE GARILHE, Acides nucl., 1963, p.87).
monoéthylénique, adj. La fonction monoéthylénique (J. Chim. Phys., 1904, p.209).
mononitré, -ée, adj. Si l'on traite la benzine par (...) [le mélange d'acide azotique et d'acide sulfurique], on obtient la nitrobenzine, benzine mononitrée (LEDIEU, CADIAT, Nouv. matér. nav., 1890, p.48).
monopotassique, adj. Phosphate monopotassique (PRIVAT DE GARILHE, Acides nucl., 1963, p.44).
monosodique, adj. Dérivé monosodique (J. phys. et Radium, Chim. phys., 1935, p.279).
P. ext.:
monofonctionnel, -elle, adj. La réaction de deux corps monofonctionnels, un monoacide et un monoalcool par exemple, ne peut conduire qu'à un composé dont la masse moléculaire est du même ordre de grandeur que celles des deux réactifs (CHAMPETIER, Chim. macromol., 1957, p.62).
monosubstitué, -ée, adj. Dérivés monosubstitués de l'éthylène (J. phys. et Radium, Chim. phys., 1936, p.8).
2. [Les mots constr. sont adj. et subst.]:
monoacide, adj. (Acide) ne libérant qu'un ion H+ par molécule (d'apr. DUVAL 1959). Le phosphate de sodium monoacide se présente en cristaux (LEDIEU, CADIAT, Nouv. matér. nav., 1890, p.219). Subst. masc. V. supra monofonctionnel ex.
B. — [Le 2e élém. est un subst.; les mots constr. sont des subst.] V. monohydrate et aussi:
monoalcool, subst. masc. V. supra monofonctionnel ex.
monoamine, subst. fém. L'Académie suisse des Sciences Médicales de Bâle a décerné l'un de ses prix les plus importants au professeur Michel Jouvet, de Lyon, pour son travail: «Monoamines et sommeil paradoxal» (Le Monde, 9 avr. 1966, p.7, col. 2).
monobase, subst. fém. ,,Base qui libère un seul ion OH- par molécule`` (DUVAL 1959).
monobromobenzène, subst. masc. On peut (...) représenter le benzène par un hexagone, aux six sommets duquel se trouve un hydrogène. On peut de même concevoir que pour les dérivés qui prennent naissance par substitution progressive, les modifications isomères suivantes sont possibles. Par exemple, pour les produits de substitution bromés, on aura: 1. monobromobenzène: une modification; 2. dibromobenzène: trois modifications (AB), (AC), (AD); 3. tribromobenzène: trois modifications (ABC), (ABD), (ACE); 4. tétrabromobenzène: trois modifications (comme pour 2); 5. pentabromobenzène: une modification; 6. hexabromobenzène: une modification (Hist. gén. sc., t.3, vol.1, 1961, p.330).
monochlorobenzène, subst. masc. La chloruration du monochlorobenzène (...) fournit surtout le p-dichlorobenzène (LEBEAU, COURTOIS, Pharm. chim., t.2, 1929, p.34).
monophénol, subst. masc. Les phénols constituent une importante famille chimique dont les composés possèdent un ou plusieurs hydroxyles (OH) fixés sur un noyau aromatique (...). Le terme le plus simple de cette famille est le phénol qui dérive du benzène par substitution d'un atome d'hydrogène par un groupe hydroxyle (...). Certains phénols possèdent plusieurs groupes hydroxyles liés au système benzénique, ils sont appelés polyphénols. On distingue donc les monophénols (phénols proprement dits), les diphénols (pyrocatéchol, résorcinol, hydroquinone), les triphénols (pyrogallol, hydroxyhydroquinone, phloroglucinol), les tétra-, penta- et hexaphénols (Encyclop. Sc. Techn. t.8 1972, p.821).
monophosphate, subst. masc. Les mononucléotides marqués ou non marqués, qui sont des nucléosides (...) monophosphates, sont transformés en triphosphates sous l'action d'une «désoxynucléotide kinase» (PRIVAT DE GARILHE, Acides nucl., 1963, p.74).
monosulfure, subst. masc. Cette action permet de distinguer entre eux les monosulfures des polysulfures (LEBEAU, COURTOIS, Pharm. chim., t.1, 1929, p.145).
En partic. [P. oppos. à poly-, mon(o)- indique la présence d'une molécule élémentaire d'une série]:
mononucléotide, subst. masc. Les acides nucléiques sont des polymères de longueur extrêmement variable (...). Les propriétés des polymères sont liées à celles des monomères; l'étude des polynucléotides commence donc par celle des mononucléotides et de leurs trois composants: une base contenant de l'azote, un sucre à cinq atomes de carbone, de l'acide phosphorique sous forme de diester (Encyclop. Sc. Techn. t.8 1972, p.414).
monosaccharide, subst. masc. Synon. vieilli de ose. Les polysaccharides (...) [sont] constitués par des enchaînements de résidus de monosaccharides reliés entre eux par la liaison glucosidique [liaison unissant l'ose à la substance non glucidique] (J. phys. et Radium, Chim. phys., 1934, p.104).
monose, subst. masc. Synon. vieilli de ose. Cette catégorie de sucres (...) désignés (...) sous le nom (...) de «monoses» (LEBEAU, COURTOIS, Pharm. chim., t.1, 1929, p.785).
P. ext.:
monodébenzylation, subst. fém. Certains sels tels que le chlorure de lithium, l'acétate de lithium, l'acétate de potassium, etc., peuvent aussi provoquer la monodébenzylation du tribenzylphosphate (PRIVAT DE GARILHE, Acides nucl., 1963, p.81).
monodérivé, subst. masc. Sont étudiés à l'état liquide ou fondu la naphtaline et les monodérivés (J. phys. et Radium, Chim. phys., 1935, p.351).
Rem. On trouve mon(o)- en position médiane: phosphomonoester. V. adén(o)- ex. 16.
Rem. gén. 1. Mon(o)- a été et reste très productif (monologue 1500-1503, monorime 1690, monohydrate 1837, monoculture 1840, monoarticulaire 1926, monème 1941, monocaméralisme 1949, monophonie 1952, monolingue 1955, monophylétisme 1963). 2. Le lat. avait déjà utilisé mon(o)- dans des composés hybrides (monoculus «qui n'a qu'un œil») (d'apr. COTTEZ 1980). 3. Certains mots ont été constr. sur des modèles existants par commutation du 1er élém. (monocaméralisme, monoclinal, monologue, monothéisme — à noter le cas partic. de monokini). 4. Dans qq. cas, mon(o)- entre en concurrence avec uni- (unicellulaire, unilingue, uniprix, univalent). 5. À noter l'existence de l'élém. voisin monophy- «simple, qui pousse une fois», tiré du gr. «de nature simple» (d'apr. COTTEZ 1980). Monophyodonte, adj. Comme tous les cétacés, les cachalots sont monophyodontes, c'est-à-dire qu'ils ne possèdent qu'une seule dentition (COUPIN, Animaux de nos pays, 1909, p.42). Au cours de la vie de l'animal, les dents peuvent êtres éliminées et remplacées ou non. On distingue les espèces monophyodontes qui ont une seule génération de dents et les espèces polyphyodontes qui, au contraire, peuvent en avoir plusieurs (...). En général, les Mammifères sont seulement diphyodontes (Encyclop. Sc. Techn. t.4 1970, p.274). Monophyodontie, subst. fém., dér. Fait d'être monophyodonte. Voir E.PERRIER, Zool., t.4, p.3597.
Prononc. et Orth.:[] ou en syll. inaccentuée [-]. Mots constr. soudés: monoacide, monobloc, monochromie, etc. Bbg. GALL. 1955, pp.285-286. — PEYTARD (J.). Rech. sur la préfixation en fr. contemp. Paris, 1975, pp.554-565. — QUEM. DDL t.20 (comp.).

mono-, mon-
Élément de composition, du grec monos « seul, unique ».
Ce préfixe de noms ou d'adjectifs est extrêmement productif, et sert à former de très nombreux composés savants ou courants. On le retrouve en outre dans des emprunts au grec tels que monadelphe, monandre, monaut.
En chimie, il indique que le radical que le nom suit n'est substitué qu'une fois dans la molécule; on parle aussi de dérivés monosubstitués (ex. : sel monocalcique; acide monochloracétique; monochloronaphtalène C10H7Cl, à nombreuses utilisations techniques; monoglutamate de sodium [utilisé dans la cuisine chinoise], monométhylamine, sel monosodique, monosulfure, monoxyde, etc.) opposé à di-, tri-, etc.
tableau Vocabulaire de la chimie.
Dans la langue didactique et technique, mono- sert à former de nombreux composés, avec des radicaux savants (en principe grecs). — Des composés hybrides avec un mot français apparaissent aussi. Monoaxe, monobloc, monocâble, monocoque, monocristal, monoplace, monoplan, monoprix, monorail, monorime, monoski, monosoc. — On peut citer également monocanon, adj. et n. m. (fusil à un canon); monoturbine, adj. et n. m. (hélicoptère à une turbine), monovoie, etc. — Mono-, syn. de uni-, s'emploie en opposition avec les éléments bi-, pluri-, poly-. Cf. par exemple monosac, n. m., sac à poche unique (→ Bissac).
0 (…) je me demandais ce que cet idiot de mort pouvait bien transporter dans ses monosacs, ils étaient gonflés à craquer (…)
Claude Simon, la Route des Flandres, p. 267.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • MÔN — Dans l’histoire des civilisations de l’Asie du Sud Est occidentale, la culture môn a joué un rôle important, parfois occulté, et qui peu à peu révèle son ampleur. Les Môn, en effet, ont diffusé là des traits culturels venus de l’Inde (langues… …   Encyclopédie Universelle

  • mon — mon·a·can·thi·dae; mon·a·cha; mon·a·chal; mon·a·chism; mon·a·chist; mon·act; mon·ac·ti·nel·li·da; mon·a·del·phous; mon·a·di·na; mon·a·ghan; mon·a·ker; mon·an·day; mon·ap·sal; mon·arch·ess; mon·ar·chism; mon·arch·ize; mon·ar·chy; mon·ar·del·la;… …   English syllables

  • mon — ou ma ou mes 1. (mon ; l n se lie, et la voyelle perd le son nasal : mo n ami ou ma ou mê ; l s se lie : mê z amis) adj. poss. qui répond au pronom personnel moi, je    MON, au masc.; MA au fém. ; MES au plur. pour les deux genres 1°   Il exprime …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Mon — or Møn may refer to: Contents 1 Places 2 Peoples and languages 3 Other 4 Abbreviation 5 See also …   Wikipedia

  • Møn — Die Kreidefelsen bei Møns Klint Gewässer Ostsee G …   Deutsch Wikipedia

  • mon — /mon/, n. Scot. and North Eng. man. * * * I Any member of a people thought to have originated in western China and currently living in the eastern delta region of Myanmar (Burma) and in west central Thailand. They have lived in their present area …   Universalium

  • mon — Mon, pronom possessif, Meus. Mon ami, Meus. Mon parent et ami, Meus. De mon vivant, Me viuo. Selon mon opinion, Mea quidem sententia. Mon dieu que ces lettres sont petites, Heu literas minutas. Mon dieu y a il, etc. Proh deum hominumque fidem, B …   Thresor de la langue françoyse

  • mon — Mon. Pronom possessif masc. de la premiere personne. Mon livre. mon ami. mon bien. mon pere. mon frere. Il fait au feminin, Ma. Ma mere. ma soeur. ma maison. ma chambre. ma plus grande envie. ma principale affaire; mais lors que ce feminin, soit… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Mon — o MON puede referirse a: etnia mon, grupo étnico del Sureste Asiático. Estado Mon, entidad subnacional de Myanmar, donde habita dicho grupo étnico. MON = Motor Octane Number, vea octanaje. Mon, comuna suiza del cantón de los Grisones. Mon nombre… …   Wikipedia Español

  • MØN — est un groupe de 7 musiciens formé en 2004, dont la musique se veut intrigante et nuancée, tendue ou lyrique, et évolue entre rock, pop et classique. La musique de MØN emprunte aux bases du post rock (les dissonances de Silver Mt. Zion ou les… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.